Comme on s’y attendait depuis sa mise à l’écart du pouvoir en avril 2016 pour une période de cent quatre-vingts jours, la première femme présidente du Brésil vient d’être destituée par le Sénat – dont 60% des membres sont cités dans des affaires de corruption – par 61 voix contre 20 au terme d’une procédure juridico-politique hautement controversée, mettant fin à treize années d’un gouvernement de gauche. La vieille droite revient ainsi à l’avant de la scène politique et récupère un pouvoir qui lui avait échappé à plusieurs reprises lors des élections.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *