La Belgique est censée être une démocratie. Alors est-il normal qu’un Premier Ministre ait imposé, pendant sept ans, des décisions prises lors de réunions secrètes avec trois amis dans une résidence ardennaise ? N’est-il pas inquiétant aussi que les incendiaires néo-nazis d’un hebdomadaire d’extrême-gauche « dérangeant » aient été à peine condamnés et que la Justice ait renoncé à rechercher les commanditaires de ce crime contre la liberté de la presse ?

Et les dérapages de la police, de la gendarmerie ou de la Justice, lors des terribles événements que furent les attentats des Tueurs du Brabant et des CCC ou l’« affaire Dutroux », n’ont-ils pas failli plonger notre pays dans le chaos et la dictature ?

Par ailleurs, le comportement de nos rois durant notre Histoire n’offre pas non plus un modèle de respect scrupuleux de la légalité. Léopold II se rendit coupable de crimes contre l’Humanité ; le « Roi Chevalier » profita de la guerre pour s’arroger des pouvoirs exceptionnels ; Léopold III, admirateur du nazisme, méprisa nos institutions ; son fils Baudouin Ier, ce « fou de Dieu », viola maintes fois les prescrits constitutionnels. Enfin Albert II cautionna les décisions abusives d’un gouvernement en affaires courantes…

Mais, dans un proche avenir, les atteintes graves à nos droits et libertés pourraient bien venir de l’extrémisme flamand avec la montée en puissance de la NVA…

C’est donc un appel à la vigilance de tous les démocrates de ce pays qui a motivé ce petit essai.

10 €

Ajouter au panier

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.