Pour un cours commun d’éducation philosophique, éthique et citoyenne (EPEC)

Dans la foulée des derniers événements largement repris dans la presse, le CEDEP va plus loin avec une proposition concrète sur le contenu de ce futurs cours. Il s’agit d’aller au-delà de la dispense et proposer une réponse positive et ambitieuse… Cette proposition peut être téléchargée dans sa version intégrale à l’adresse suivante : http://www.cedep.be/downloads/CEDEP%20projet%20EPEC%2029%2004%202015.pdf

Une éducation philosophique, éthique et citoyenne…

Le CEDEP propose de développer ce nouveau cours autour de trois axes.

1. L’éducation philosophique. Cette partie du cours visera à développer principalement les compétences cognitives comme questionner, penser, réfléchir, argumenter, induire, classer, comparer, conceptualiser, problématiser… Il s’agira aussi de former les jeunes à distinguer les différents registres de discours.

2. L’éducation au questionnement et la réflexion éthiques. Cette partie du cours visera à développer la capacité à s’ouvrir et à écouter des points de vue éthiques différents, à savoir respecter le pluralisme éthique sans renoncer à argumenter ses propres choix.

3. L’éducation à la citoyenneté responsable permettra à l’élève d’acquérir des compétences à exercer ses droits sociaux, culturels et politiques au sein d’une société démocratique.

Conjointement à ces trois axes, il s’agira de former les jeunes à trois grandes compétences : l’autonomie intellectuelle, morale et affective ; la coopération sociale ; la participation citoyenne. …commune à tous les élèves.

Un tel cours offre l’opportunité de travailler avec tout le « groupe classe » lorsqu’il s’agit d’aborder les questions du vivre-ensemble, de la citoyenneté, de l’éthique, de la solidarité, de la collectivité, de la pluralité des points de vue, du fait religieux et du bien commun au-delà des convictions différentes.

Il permet de réserver un espace-temps scolaire à l’apprentissage de compétences qui ne sont pas prises en charge comme telles par les autres cours, contribue à éduquer au dialogue et, partant, à prévenir la violence.

Ce cours présente la garantie d’avoir des référentiels définis par les pouvoirs publics (ce qui n’est pas le cas des cours de religion actuels) et rencontre les principes d’un enseignement neutre, en ce compris du fait religieux, et d’une éducation citoyenne démocratique.

Enfin, l’EPEC devrait satisfaire non seulement à la mission éducative décrétée par le législateur et reprise dans le décret « Missions », le décret « Citoyenneté » et les deux décrets « Neutralité », mais aussi à une série de recommandations européennes et de l’UNESCO.

Questions pratiques

La mise en œuvre de ce nouveau cours pose une série de questions pratiques.

D’abord, les impératifs pédagogiques et organisationnels exigent la mise en œuvre d’un cours de 2 périodes par semaine.

Il est évident que les enseignants devront être formés spécifiquement.

Une phase transitoire, garante du maintien de l’emploi, devra permettre aux enseignants de morale/religion en fonction et en possession de certains titres de se former aux nouvelles compétences requises.

Le législateur devra ensuite définir les titres nécessaires pour donner ce cours. Les formations initiales et continuées devront être repensées, notamment sur la base de ce qui existe déjà dans certaines Hautes Ecoles et Universités.

Toutes ces propositions sont détaillées dans le document disponible en téléchargement.

Le CEDEP souhaite ainsi contribuer à mettre ce cours en œuvre de façon concrète et demande aux autorités publiques de créer, dans les meilleurs délais, un groupe de travail de l’Enseignement officiel auquel participeraient les responsables de ses réseaux et les représentants des associations qui le soutiennent, pour élaborer le projet EPEC qui sera mis en place dans toutes les écoles officielles.

1. Le CEDEP est constitué de 13 associations : Association des Administrateurs de l’Enseignement Officiel (AAEO), Association des Directeurs de l’Enseignement Officiel (ADEO), Association des Enseignants socialistes de la Communauté française de Belgique (AESF), Association des Professeurs issus de l’ULB (APrBr), Centrale générale des Services publics (CGSP-Enseignement), Centre d’Action laïque (CAL), Centre d’Etudes Charles Rogier (CECR), Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education active (CEMEA), Conseil des Pouvoirs organisateurs de l’Enseignement officiel neutre subventionné (CPEONS), Fédération des Amis de la Morale laïque (FAML), Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement officiel (FAPEO), Ligue de l’Enseignement et de l’Education permanente (LEEP), Syndicat libre de la Fonction publique (SLFP-Enseignement).

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *