L’école est-elle encore un ascenseur social ? Toutes les écoles se ressemblent-elles ? Reçoivent-elles toutes les moyens indispensables pour promouvoir l’émancipation de tous les élèves? Surtout, existe-t-il une réelle volonté politique qui s’affirme pour défendre l’école officielle? Accorde-t-on vraiment de l’importance à l’éducation de la jeunesse ? Comment inscrire l’école comme un lieu réel d’émancipation qui met l’homme au centre de ses préoccupations ? Comment défendre encore le lien social et le pluralisme alors que le séparatisme identitaire s’exprime et revendique? Comment défendre encore une laïcité alors qu’une importante partie de la gauche la rejette ? Comment défendre l’école comme représentant un lieu où se développe une communauté au sens large du terme ? Comment défendre encore l’esprit des Lumières alors que cet esprit est sans cesse remis en cause.

Ecoles de riches et école des pauvres ? Seulement trois heures de français dans l’enseignement professionnel contre cinq heures dans l’enseignement général ? Suppression du latin sous prétexte d’anti élitisme ? Devons-nous jeter l’expression carpe diem à la corbeille ? Seulement trois heures d’éducation physique, un corps sain dans un esprit sain ? Et enfin, quid de l’enseignement artistique ? Je ne peux que déplorer l’absence d’un véritable cours de philosophie, d’un cours des sciences politiques. Nous sommes loin de l’enseignement défendu par Rabelais et Montaigne. Tout doit être utile, neutre, rentable, rien ne doit bouleverser. La froideur technicienne s’est introduite à l’école à côté du religieux. Comment enseigner nos valeurs humanistes dans un monde où le profit est plus important que la vie ?

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.