L’école publique représente l’un des piliers fondamentaux pour partager les valeurs de la laïcité, les rendre vivantes et compréhensibles à tous. Mais aussi, elle est un laboratoire où se construisent et s’expérimentent des outils d’apprentissage adaptés à l’évolution de notre société. A l’école, nous n’avons de cesse d’acquérir de nouveaux savoirs, apprendre aux autres et des autres, apprendre pour soi et de soi.

En Belgique, cependant, et dans une logique de neutralité de l’Etat, les valeurs laïques au sein de l’école publique ne sont pas évidentes à défendre. En premier lieu, comme la laïcité ne constitue pas un cadre général dans lequel s’affirmerait le principe de la séparation de l’Église et de l’État, elle est renvoyée au stade de courant philosophique, au même rang que les philosophies confessionnelles. Dans le cadre de la neutralité, les valeurs de la laïcité – liberté, égalité, fraternité, tolérance, libre examen, etc. – ces valeurs donc ne peuvent en aucun cas s’imposer à tous, et il arrive qu’elles soient mises en défaut par des valeurs promues par des religions. Mais, au fait, où se situe la frontière entre valeurs laïques et valeurs démocratiques dans une société neutre comme la nôtre ?

Par ailleurs, un autre élément vient renforcer la complexité de la situation. En tant que laïques, nous plaçons la tolérance et le respect de l’autre au coeur même de notre démarche. Nous cultivons le doute et appliquons la méthode du questionnement même si l’enjeu consiste à ébranler les principes mêmes qui fondent la laïcité.

Alors, comment transmettre ? Comment transmettre sans prosélytisme, sans dire « c’est moi qui ai raison », sans autorité abusive, dans le respect de l’autre, dans le doute comme terrain de réflexion, sans vérité révélée et absolue, en utilisant le questionnement comme le principal outil de la transmission ? Comment transmettre alors que les valeurs que la laïcité véhicule ne vont pas de soi et qu’elles demandent de mobiliser une conduite quotidienne sans faille ?

Enfin, si l’on observe l’école publique aujourd’hui, avec l’accroissement des inégalités sociales, de la violence, de l’échec scolaire, nous comprenons que l’enjeu des valeurs laïques a toute sa place. D’autant que, dès qu’il s’agit d’aborder ces valeurs sous l’angle de leur transmission, il importe de s’interroger sur les générations à venir. Alors, comment mobiliser une jeunesse un peu désabusée sur laquelle nous avons nous-mêmes du mal à porter un regard positif, comment accompagner cette génération dans des questionnements qui visent son implication responsable dans la société.

Cet ouvrage est la retranscription des interventions réalisées lors d’un colloque co-organisé par Hermine Thirion pour la FAML et Anne Bernard pour le Centre régional du Libre Examen de Bruxelles.

logocentrelibrexbruxLe Centre régional du Libre Examen a pour objectif la diffusion du principe et de la démarche du libre examen ainsi que le développement d’une prise de conscience critique des réalités de la société. En tant qu’association d’Education permanente reconnue par la Communauté française, il se donne pour objectif de susciter les capacités d’analyse, de choix et d’action pour l’émancipation de l’Homme à l’égard de toute forme de cléricalisme, d’assujettissement et de discrimination.

Pour atteindre ses objectifs, le Centre Librex organise des colloques, conférences, tables de réflexion, théâtres-débats ou Cinés-débats, visites guidées d’exposition. Autant d’actions qui permettent de créer un espace de liberté, de débats et de réflexion où chaque citoyen peut confronter son opinion à celle des autres, développer son esprit critique, exercer son libre engagement, contribuer à l’analyse critique de phénomènes sociétaux qui nous concernent tous.

Le principe de laïcité, que le Centre Librex promeut, défend les valeurs de liberté, d’égalité, de solidarité, de respect, de dialogue, de tolérance. La question du « bien vivre ensemble » est donc au coeur des préoccupations du Centre régional du Libre Examen qui développe ses activités autour de deux thématiques principales : l’égalité des chances et la promotion de la laïcité. Dans le cadre des échanges qu’il organise avec le public, il s’intéresse à lutter contre toutes les idées reçues qui nous enferment dans nos croyances, ou qui nous empêchent de nous questionner sur nous-mêmes et d’aller à la rencontre de l’autre. Outre les formes classiques de débats (colloques, conférences, etc), le Centre Librex met en pratique des outils d’expression et de communication qui favorisent le dialogue et la co-construction de réflexion.

Plus de renseignements: www.centre-librex.be

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.