Le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) est un accord que les 28 Etats membres de l’Union européenne (UE) ont demandé, en 2013, à la Commission de négocier, en leur nom, avec les États-Unis, premier marché d’exportation de l’Union.

Ce mandat est constitué d’un ensemble de lignes directrices destinées à la Commission. Les droits de douane, les formalités administratives et les restrictions imposées aux investissements de part et d’autre de l’Atlantique peuvent compliquer les échanges de biens et de services entre l’Europe et les États-Unis. La suppression de ces entraves au commerce stimulerait notre économie, créerait de l’emploi et permettrait aux consommateurs d’accéder à une gamme de produits plus variés et moins coûteux.

D’après la Commission européenne, dans un contexte de crise économique persistante, le TTIP permettrait de donner un coup de fouet aux échanges, ce qui se traduirait par davantage de débouchés, de croissance et d’emplois. Des prix plus bas, un choix accru de produits et la certitude que les biens et services importés d’outre-Atlantique satisfont aux normes de sécurité les plus élevées contribueraient en outre à la prospérité de plus de 800 millions de citoyens européens et américains. Elle ajoute que l’UE est l’une des économies les plus ouvertes au monde. La libéralisation des échanges rend notre économie plus forte, crée de l’emploi, nous donne davantage de choix et de pouvoir d’achat en tant que consommateurs, aide nos entreprises à être concurrentielles à l’étranger.

Alors pourquoi tant d’oppositions à ce traité ?

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.